26 février 2019

Kamloops, C.-B. – Les externats sont extrêmement découragés d’annoncer que les négociations avec le Canada pour une indemnisation juste et égale pour les externats survivants des pensionnats ont échoué parce que le gouvernement refuse de traiter les externats survivants dans les mêmes conditions que les autres survivants des pensionnats. Les survivants de Day Scholar n’ont désormais d’autre choix que de contester leurs réclamations devant les tribunaux à grands frais et avec encore plus de retard.

Les « Day Scholars » sont des personnes qui ont fréquenté un pensionnat indien détenu et exploité par le gouvernement fédéral pendant la journée, mais qui sont retournées chez elles le soir. Les externats ont subi la même destruction de langue et de culture que les autres élèves des pensionnats indiens, mais ont été injustement et arbitrairement exclus de la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens de 2006. Les externats sont l’un des rares groupes qui ont subi les méfaits de la politique canadienne sur les pensionnats indiens et qui n’ont pas encore reçu d’indemnisation appropriée pour les préjudices subis, malgré l’appel à l’action de la CVR exhortant le Canada à faire exactement cela.

La réclamation des Day Scholars a été certifiée avec une classe de bande, comprenant 2 bandes représentatives et 103 bandes de partout au Canada qui ont opté pour la revendication, et une classe de descendants, comprenant des survivants de première génération des membres du groupe de survivants. Toutes les réclamations visent à obtenir réparation pour l’imposition de la Politique sur les pensionnats indiens par le Canada, y compris pour la perte de la langue, de la culture et les dommages associés causés aux communautés autochtones à travers le pays au cours des nombreuses décennies d’exploitation des pensionnats.

« Le premier ministre Trudeau parle beaucoup de bien de la réconciliation. Comment pouvons-nous le prendre au sérieux alors que ce gouvernement ne fournira pas un traitement juste et équitable aux survivants des pensionnats qui ont été laissés de côté? a déclaré Jo-Anne Gottfriedson, présidente du comité exécutif de Day Scholar. « Comment pouvons-nous même commencer à parler de réconciliation alors que ce gouvernement refuse toujours de reconnaître correctement tous les dommages causés par les pensionnats indiens?

« En 2015, nous avons convenu de suspendre les poursuites afin de négocier de bonne foi avec le gouvernement », a déclaré la conseillère Selina August de la Première nation Sechelt. « Où cela nous a-t-il mené ? Près de quatre ans plus tard, les positions du gouvernement restent toujours aussi déraisonnables. C’est encore un autre exemple dans une longue histoire du gouvernement agissant de mauvaise foi envers les peuples autochtones. Le chef Garry Feschuk, l’un des premiers représentants des demandeurs pour le groupe de la bande, se souvient : « La ministre Bennett m’a dit que le Canada voulait régler cette affaire à l’amiable et que le Canada voulait mettre en œuvre l’appel à l’action de la CVR pour régler les revendications de ceux qui restent de la Convention sur les pensionnats, qui faisait référence aux externats.

Le gouvernement continue d’adopter des positions extrêmement offensantes et contradictoires dans la poursuite, notamment en niant l’existence même d’une politique sur les pensionnats et en refusant de reconnaître que les peuples autochtones ont le droit ancestral de parler leurs langues traditionnelles et de se livrer à leurs coutumes traditionnelles.

« Les positions prises par le gouvernement dans ce litige sont franchement dégoûtantes », a déclaré le docteur Matthew Coon Come, ancien chef national de l’Assemblée des Premières Nations. « Les survivants des Day Scholars meurent littéralement, et pourtant le gouvernement va nous forcer à plaider pour savoir s’il y avait une politique des pensionnats visant à détruire notre langue et notre culture ? C’est le contraire de la réconciliation.

Dans le cas des Day Scholars eux-mêmes, les Survivants ont clairement exprimé leur position au gouvernement – ils demandent seulement à être traités de la même manière que les autres élèves des pensionnats, ne cherchant qu’une compensation basée sur la même formule 10:3 que l’autre. Les survivants des pensionnats ont reçu (10 000 $ pour la première année dans un pensionnat et 3 000 $ pour chaque année supplémentaire). Les Day Scholars, dont beaucoup sont décédés depuis le début de cette affaire, demandent maintenant justice avant qu’ils ne meurent tous. Ils sont prêts à régler la réclamation du Survivant maintenant, y compris tous les frais juridiques, sur la base de la formule 10:3.

« Les externats ont été exclus du règlement sur les pensionnats en 2007 sur l’insistance du gouvernement Harper. Nous espérions que le gouvernement Trudeau mettrait fin à la politique d’exclusion », a déclaré le chef Casimir de Tk’emlùps te Secwépemc.

« Franchement, je ne comprends pas la position du gouvernement », a déclaré le conseiller August, « ce qui est juste est juste. Nous demandons seulement à être traités de la même manière que les autres survivants des pensionnats. Cela devrait arriver maintenant, avant qu’un autre Day Scholar ne meure sans avoir reçu justice. »