Vancouver, le 10 octobre 2017

Télécharger le PDF

Une étape importante dans le litige des Day Scholars s’est produite avec la signature d’un « protocole d’entente » entre le gouvernement canadien et les demandeurs des Premières Nations. Le protocole engage le gouvernement et les Premières Nations à résoudre ce litige sans avoir recours à la salle d’audience et à continuer de travailler dans un esprit de réconciliation pour trouver un règlement équitable en temps opportun.

Lancé en 2012 par les bandes indiennes Tk’emlúps te Secwépemc et shíshálh, auxquelles s’est joint le Grand Conseil des Cris (Eeyou Istchee), le recours collectif Day Scholars vise à obtenir une indemnisation au nom de tous les Canadiens autochtones qui ont fréquenté un pensionnat indien. , mais qui n’y a pas dormi. L’affaire vise également à obtenir des déclarations concernant le rôle du Canada dans l’échec à protéger la langue et la culture autochtones, et cherche à obtenir une indemnisation pour les enfants des survivants et les bandes auxquelles appartiennent les survivants.

À la fin de 2016, le gouvernement canadien s’est engagé à explorer la recherche d’un règlement juste et équitable de la poursuite en dehors du processus judiciaire. Pendant dix mois, le gouvernement et les représentants des plaignants se sont rencontrés régulièrement pour préparer le terrain pour d’autres conversations. Ce processus exploratoire est courant dans les négociations entre les peuples autochtones du Canada et le gouvernement et permet une méthode qui peut être respectueuse de la culture et du patrimoine des peuples autochtones et conforme aux objectifs de réconciliation.

« Cela a été une période intense, mais nous sommes convaincus que les prochaines étapes progresseront rapidement vers une véritable réconciliation », a déclaré Jo-Anne Gottfriedson, présidente du comité exécutif des plaignants, « nous nous engageons à mener cela à un règlement reconnaît l’importance de la culture et de la langue pour nos peuples, et cela conduit à la guérison et au bien-être des personnes qui ont fréquenté les pensionnats en tant qu’externes, de leurs familles et de leurs communautés.

Le docteur Matthew Coon Come du Grand Conseil des Cris (Eeyou Istchee) a déclaré : « Je suis heureux de voir que le gouvernement est déterminé à travailler à la résolution de ce problème, mais ce n’est pas le moment de prendre du repos. En tant que peuples des Premières Nations, nous devons continuer à travailler ensemble et à aller de l’avant pour veiller à ce que le passé ne soit pas oublié et que la réconciliation puisse se produire. Nous comptons sur le soutien de tous les Canadiens autochtones pour aller de l’avant.

Les parties continueront d’aller de l’avant avec les discussions selon les modalités énoncées dans le protocole d’entente. Les demandeurs s’engagent à partager les informations dès qu’elles sont disponibles.

Pour plus d’information veuillez contacter:
Jo-Anne Gottfriedson BGS/ DEC
T’kemlups te Secwepemc
Coordonnatrice de l’école de jour
Coprésident TteS & SIN Day Scholar Executive
200-330 Chef Alex Thomas Way
Kamloops.BC V2H 1H1
Bureau : 250-828-9788 Télécopieur 250-372-8833
[email protected]